“La beauté sauvera le monde” (UNESCO, le 6 mai 2015)

Par Margaux Bonnet

Les dernières images de la stratégie de destruction du patrimoine, menée par les belligérants sur de nombreux terrains de conflit, montraient les membres de l’organisation de l’Etat islamique détruire les œuvres assyriennes du musée de Mossoul en Irak. Aux yeux des soldats de Daech, aveuglés par le fanatisme, le caractère antéislamique de ces objets devait conduire à leur anéantissement. Inscrites dans la stratégie de communication du groupe, les images ont été largement diffusées dans les médias du monde entier. Elles n’ont pas manqué de choquer les opinions, conscientes de la perte irrémédiable d’une partie de la richesse culturelle de civilisations millénaires. Cet événement s’inscrit néanmoins dans une série d’actes de destruction non médiatisés, entamant un peu plus chaque jour le patrimoine matériel et immatériel de certains peuples – et par la même de notre humanité partagée. Déjà entreprises par les talibans en Afghanistan en 2001 à l’encontre des Bouddhas de Bamiyan, les destructions se sont multipliées ces dernières années : mausolées à Tombouctou fin 2012, musée d’art islamique du Caire en janvier 2014, musée du Bardo à Tunis en mars 2015, sépultures de saints soufis, de temples yézidis…La plus vieille église arménienne de Syrie a été réduite à un tas de gravas, pas plus tard que la semaine dernière.

LEtat-islamique-a-attaqué-jeudi-la-cité-assyrienne-de-Nimrud-datant-du-13e-siècle-avant-JC1
Taureau ailé assyrien du musée de Mossoul, Irak

Dans le cadre d’une action globale de mobilisation pour la préservation du patrimoine, une conférence s’est déroulée mercredi 6 mai 2015 dans les locaux de l’UNESCO à Paris, réunissant représentants des grandes organisations internationales, chercheurs et artistes. Mme. Irina Bokova, directrice générale de l’UNESCO, a inauguré l’après-midi en déplorant le « nettoyage culturel » auquel nous assistons (« deliberate and extremely violent cultural cleansing strategy »). Sa requête d’inscrire la protection du patrimoine dans les missions de maintien de la paix des forces onusiennes a été soutenue par l’ancien Secrétaire général de l’ONU présent, M. Boutros Boutros-Ghali. Source d’identité et de stabilité, détruire la culture revient à anéantir la paix, motivant l’actuel Secrétaire général de l’ONU, M. Ban Ki Moon, dans un de ces récents discours à classer les actes de destruction parmi les crimes de guerre. Les mots font sens : leur inscription dans le statut de Rome rendrait la CPI juridiquement compétente pour juger et condamner les auteurs des destructions. Mme. Bokova en a appelé à une entière mobilisation du soft power de l’UNESCO, dont certains ne manqueront pas de critiquer l’inefficacité face à la violence des guerres en cours. Il s’agit pourtant d’une arme de résistance nécessaire contre le fanatisme, aussi bien préventive par le biais de l’éducation que réparatrice des tissus sociaux détruits par la guerre. Elle engage des actions concrètes, passant par la lutte contre le trafic des objets culturels volés finançant le terrorisme ou contre les entrepreneurs qui profitent des reconstructions post-guerre pour s’enrichir, sans rechercher à reconstituer le patrimoine disparu.

5694570-8492479
Bouddhas de Bamiyan, Afghanistan

Ce degré de compréhension de la portée des actes de destruction en cours n’est pas encore acquis par les consciences collectives pour l’historienne Hélène Carrere d’Encausse, membre de l’Académie française. Si la destruction du patrimoine a toujours eu lieu en temps de guerre, son caractère systématique et son inscription dans un programme idéologique sont aujourd’hui inédits. Les auteurs utopistes nous ont mis en garde contre les conséquences d’une tabula rasa entreprise dans la volonté d’instaurer une société nouvelle. L’homme qui en résulte est sans mémoire ni repères, le patrimoine ne fait plus sens pour lui. C’est pourquoi M. Boutros-Ghali a souhaité alerter contre le piège tendu par les groupes islamistes d’associer la défense du patrimoine à une cause « occidentale », dans une constante stratégie de division. Proie facile, la mémoire est aussi fragile qu’elle dérange par l’éclairage qu’elle apporte sur la complexité des situations présentes.

Lalesh-temple-yézidi
Le temple yézidi de Lalesh, Irak

Le témoignage du père Najeeb Michael a constitué une illustration remarquable de la mobilisation dont font preuve certains acteurs courageux sur le terrain. Profondément choqué par les atteintes gratuites au patrimoine perpétrées à Ninive par des soldats américains lors de la guerre en Irak de 2003 et poursuivies par les différents belligérants depuis, ce dernier a entrepris depuis 1990 un processus de numérisation de manuscrits et archives en tout genre. Alors que la ville de Mossoul était menacée, le père Michael est parvenu à sauver un certain nombre d’écrits en les transportant dans sa voiture jusqu’à la ville de Karakoch, puis au Kurdistan après la prise de la ville par Daech en août 2014. D’autres actions méritent d’être mentionnées, à l’instar du « projet Mossoul » lancé par deux archéologues dont l’objectif est de reconstituer virtuellement le musée par la participation de tout internaute détenant des clichés des œuvres disparues. Les réseaux sociaux ont en cela un grand rôle à jouer. Mme. Bokova a ainsi lancé le hashtag #unite4heritage à utiliser par tous les témoins de violence contre le patrimoine afin d’aider à lutter contre ses disparitions.

Ne pas céder au fatalisme est un défi alors que l’urgence humanitaire causée par les nombreuses crises, l’Irak et la Syrie en premier lieu, tend à reléguer la défense du patrimoine au second rang des priorités actuelles. La manifestation à portée internationale de ce 6 mai nous rappelle pourtant que cette lutte constitue la clef du maintien de notre humanité chaque fois que les hommes la mettent en péril, à condition que se mobilisent tous ceux qui, comme moi, partagent encore la certitude de Dostoïevski que « la beauté sauvera le monde ».

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: